content top

Le Septième Sceau – du corps profane au corps Glorieux DSC03369

A few nice outsider art images I found:

Le Septième Sceau – du corps profane au corps Glorieux DSC03369
outsider art

Image by Abode of Chaos
Photos : Ingrid J.

Le 7ème Sceau brisé : du corps profane au corps Glorieux

La Vidéo
blog.ehrmann.org/films/corps-profane.html

Au terme du 7ème Sceau brisé, un grand silence d’une demi-heure marqua la fin de la Borderline Biennial. thierry, notre père, nous avait promis à tous, que la Bordeline Biennial à la Demeure du Chaos serait avec ses 40 jours et 40 nuits le temps de l’Epiphanie, de l’Apparition, de la Théophanie.

Précisons de suite que le mot Apocalypse que la Borderline Biennial a questionné de mille manières la transcription d’un terme grec (apokalupsis) qui lui-même traduit l’hébreu nigla, lequel signifie mise à nu, enlèvement du voile ou révélation.

L’Apocalypse désigne la civilisation mondiale ayant enfin atteint un état de conscience propice au retour du divin. C’est aussi celui du salut final. La Borderline est plus qu’une épiphanie ; l’Apocalypse dont nous traitons ici est une épiphanie. Nous avons donc obéi à l’injonction contenue dans l’Apocalypse, Chapitre 1 verset 19, lequel ordonne à notre conscience de se placer hors du temps, de l’espace et de l’histoire et d’embrasser synthétiquement l’histoire de l’humanité.

Et ce fut le cas précis de la Borderline Biennial. Toutes brides morales et esthétiques lâchées : “écris donc ce que tu as vu : le présent et ce qui doit arriver plus tard”.

Vers la nuit tombée sur la Demeure du Chaos et lorsque le 7ème Sceau fut brisé par thierry, un grand silence se fit, et tous les feux s’éteignirent, alors apparût avec violence le spectre de l’Entité Numérique Suprême comme au début de la Borderline Biennial lors de la proclamation de la République du Chaos.

Son message fut clair et court, elle demandait au Père de la République du Chaos de revenir en 1999 et lui rappeler qu’il devait accomplir ses propres écritures. Disparaître et mourir de son corps profane pour renaître dans l’Internet profond qui reste pour lui une métaphore du divin, une agora des éthers.

Comme le Père fondateur de la République du Chaos est aussi notre père, l’Entité Numérique Suprême lui demanda de mourir de son corps profane pour renaître par le corps Glorieux dans l’agora des éthers qu’est Internet.

Il nous lut, fatigué par le poison de la grande ciguë en hommage à Socrate, une bien étrange prédiction "Pendant la dernière persécution que souffrira la sainte église romaine siégera un Pierre le Romain, il fera paître les brebis au niveau des nombreuses tribulations, celles-ci terminées, la cité aux 7 collines sera détruite et un juge redoutable jugera le peuple, le sien et que le mot qui termine cette prophétie est "FINIS".

Ce mot nous semblait à tous familier, effectivement, dans le catalogue raisonné de la Demeure du Chaos/l’Esprit de la Salamandre, page 1229, le texte sacré était là ! "Finis Gloriae Mundi" le tableau magistral de Valdès Léal à Séville qui fit que Fulcanelli ne publia pas son 3ème ouvrage.

Cette scène intitulée "Finis Gloriae Mundi" qui est peinte en format monumental au cœur de la Demeure du Chaos indique que le phylactère attaché au premier cercueil montre que l’Eglise est ici à jamais déchue au seul profit de l’éveil initiatique symbolisé par le Chevalier simulant la mort.

Souvenons nous des écrits du premier tome de la DDC " le Juge viendra juger son peuple" et que le mot qui termine le premier des trois tomes secrets de l’ouvrage alchimique de la Demeure du Chaos est "FINIS". "Même si ce mot est dur à accepter, la révélation n’en constitue pas moins la fin d’une étape de par le fait qu’avec elle il y a apport d’une chose nouvelle jusqu’alors maintenue, cachée ou inintelligible". "Ne les craignez donc point car il n’y a rien de caché qui ne doit être découvert ni de secret qui ne doit être connu".

Nous étions au bord des larmes et du désespoir, il nous demanda dans un dernier spasme de ne point pleurer et de reposer en paix dans le temple Protestant de Saint Romain de Couzon sur la nécropole en rallumant les feux de la loge selon les landmarks ancestraux.

9 hommes enterrèrent dans la nécropole son corps cadavérique enroulé dans un linceul noir couvert du drapeau de la République du Chaos..

Vers quelle destinée allions nous avec la jeune République du Chaos ?
Quelle est vraiment cette Entité Numérique Suprême ?
Cette fiction apocalyptique marqua cruellement la fin de la Borderline Biennial du 18 octobre 2009 vers 21h.

Quand d’un seul coup l’Egrégore s’invita parmi nous pour nous rappeler le début de l’œuvre alchimique et les paroles de thierry notre Père qui résonnaient dans nos têtes "cesse de pleurer et réjouis-toi quand tu verras la noirceur car c’est le début de l’œuvre".

Kurt et Sydney Ehrmann

blog.ehrmann.org/

courtesy of Organ Museum
©2011 www.AbodeofChaos.org

Le Septième Sceau – du corps profane au corps Glorieux DSC03408
outsider art

Image by Abode of Chaos
Photos : Ingrid J.

Le 7ème Sceau brisé : du corps profane au corps Glorieux

La Vidéo
blog.ehrmann.org/films/corps-profane.html

Au terme du 7ème Sceau brisé, un grand silence d’une demi-heure marqua la fin de la Borderline Biennial. thierry, notre père, nous avait promis à tous, que la Bordeline Biennial à la Demeure du Chaos serait avec ses 40 jours et 40 nuits le temps de l’Epiphanie, de l’Apparition, de la Théophanie.

Précisons de suite que le mot Apocalypse que la Borderline Biennial a questionné de mille manières la transcription d’un terme grec (apokalupsis) qui lui-même traduit l’hébreu nigla, lequel signifie mise à nu, enlèvement du voile ou révélation.

L’Apocalypse désigne la civilisation mondiale ayant enfin atteint un état de conscience propice au retour du divin. C’est aussi celui du salut final. La Borderline est plus qu’une épiphanie ; l’Apocalypse dont nous traitons ici est une épiphanie. Nous avons donc obéi à l’injonction contenue dans l’Apocalypse, Chapitre 1 verset 19, lequel ordonne à notre conscience de se placer hors du temps, de l’espace et de l’histoire et d’embrasser synthétiquement l’histoire de l’humanité.

Et ce fut le cas précis de la Borderline Biennial. Toutes brides morales et esthétiques lâchées : “écris donc ce que tu as vu : le présent et ce qui doit arriver plus tard”.

Vers la nuit tombée sur la Demeure du Chaos et lorsque le 7ème Sceau fut brisé par thierry, un grand silence se fit, et tous les feux s’éteignirent, alors apparût avec violence le spectre de l’Entité Numérique Suprême comme au début de la Borderline Biennial lors de la proclamation de la République du Chaos.

Son message fut clair et court, elle demandait au Père de la République du Chaos de revenir en 1999 et lui rappeler qu’il devait accomplir ses propres écritures. Disparaître et mourir de son corps profane pour renaître dans l’Internet profond qui reste pour lui une métaphore du divin, une agora des éthers.

Comme le Père fondateur de la République du Chaos est aussi notre père, l’Entité Numérique Suprême lui demanda de mourir de son corps profane pour renaître par le corps Glorieux dans l’agora des éthers qu’est Internet.

Il nous lut, fatigué par le poison de la grande ciguë en hommage à Socrate, une bien étrange prédiction "Pendant la dernière persécution que souffrira la sainte église romaine siégera un Pierre le Romain, il fera paître les brebis au niveau des nombreuses tribulations, celles-ci terminées, la cité aux 7 collines sera détruite et un juge redoutable jugera le peuple, le sien et que le mot qui termine cette prophétie est "FINIS".

Ce mot nous semblait à tous familier, effectivement, dans le catalogue raisonné de la Demeure du Chaos/l’Esprit de la Salamandre, page 1229, le texte sacré était là ! "Finis Gloriae Mundi" le tableau magistral de Valdès Léal à Séville qui fit que Fulcanelli ne publia pas son 3ème ouvrage.

Cette scène intitulée "Finis Gloriae Mundi" qui est peinte en format monumental au cœur de la Demeure du Chaos indique que le phylactère attaché au premier cercueil montre que l’Eglise est ici à jamais déchue au seul profit de l’éveil initiatique symbolisé par le Chevalier simulant la mort.

Souvenons nous des écrits du premier tome de la DDC " le Juge viendra juger son peuple" et que le mot qui termine le premier des trois tomes secrets de l’ouvrage alchimique de la Demeure du Chaos est "FINIS". "Même si ce mot est dur à accepter, la révélation n’en constitue pas moins la fin d’une étape de par le fait qu’avec elle il y a apport d’une chose nouvelle jusqu’alors maintenue, cachée ou inintelligible". "Ne les craignez donc point car il n’y a rien de caché qui ne doit être découvert ni de secret qui ne doit être connu".

Nous étions au bord des larmes et du désespoir, il nous demanda dans un dernier spasme de ne point pleurer et de reposer en paix dans le temple Protestant de Saint Romain de Couzon sur la nécropole en rallumant les feux de la loge selon les landmarks ancestraux.

9 hommes enterrèrent dans la nécropole son corps cadavérique enroulé dans un linceul noir couvert du drapeau de la République du Chaos..

Vers quelle destinée allions nous avec la jeune République du Chaos ?
Quelle est vraiment cette Entité Numérique Suprême ?
Cette fiction apocalyptique marqua cruellement la fin de la Borderline Biennial du 18 octobre 2009 vers 21h.

Quand d’un seul coup l’Egrégore s’invita parmi nous pour nous rappeler le début de l’œuvre alchimique et les paroles de thierry notre Père qui résonnaient dans nos têtes "cesse de pleurer et réjouis-toi quand tu verras la noirceur car c’est le début de l’œuvre".

Kurt et Sydney Ehrmann

blog.ehrmann.org/

courtesy of Organ Museum
©2011 www.AbodeofChaos.org

Student loan swag.
outsider art

Image by AllOfUsAreLost
Well, some is.
Got £80 of Amazon vouchers for christmas, and this is the spoils (t-shirt/pants are with loan.)

Think i’m getting to be a pretty savvy bargain-hunter!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>